Intégrer la mobilité durable dans son nouvel environnement

Article en collaboration avec

Le déménagement représente une période marquée pour la modification des habitudes de vie. Plusieurs ont à effectuer certains changements par rapport aux différents lieux qu’ils auront à visiter en fonction de leur nouvelle localisation : épicerie, pharmacie, école, salle d’entrainement, etc. Pourquoi ne pas profiter de ce moment clé pour penser à intégrer la mobilité durable à son quotidien? Il existe plusieurs solutions pour faciliter l’adoption aux modes de transport durables. Dans cet article, vous en découvrirez plus sur les différentes catégories de transports durables, et vous vous verrez ensuite quelques pistes de réflexion qui vous aideront à choisir un nouveau logis selon des critères de mobilité durable.

Les catégories de transports durables

Les transports actifs

Le terme actif regroupe les déplacements qui se font à l’aide d’un effort physique, quelle que soit son intensité. Par exemple : la course, la marche, le vélo, la trottinette, etc. Ces modes de transport, aussi appelés « doux » en Europe, sont les plus écologiques, entre autres ils n’engendrent pas d’émissions de gaz à effet de serre. Ils permettent également d’intégrer l’activité physique à ses déplacements.

Les transports collectifs

On entend par transports collectifs tous les modes de transport qui permettent de se déplacer à plusieurs dans un même véhicule. Il y a d’abord l’autobus, le métro, le train et le traversier, qui sont plus communément placés dans la catégorie du transport en commun. On peut aussi les catégoriser transports « transport semi-actif », car la marche fait souvent partie intégrante des trajets. Le covoiturage est également un mode de transport collectif. Il s’agit brièvement de deux personnes ou plus qui partagent un même véhicule lors d’un trajet commun, sans objectif de profit.

L’autopartage

En moyenne, une voiture est stationnée 96 % du temps. L’autopartage consiste à louer une voiture selon ses besoins, sur de courtes périodes. Communauto est un bel exemple d’entreprise québécoise proposant ce type de service : les abonnés ont accès à une flotte de véhicules, qu’ils peuvent soit réserver et ramener au même endroit (station), soit emprunter sans réservation préalable et laisser ensuite dans une zone définie (libre-service). De belles économies sont possibles, notamment car les abonnés à l’autopartage ne paient que selon leur utilisation réelle d’un véhicule et qu’ils n’ont pas à assumer les coûts fixes liés à la possession d’une voiture ou d’une deuxième voiture (assurances, immatriculation, etc.).

Le cocktail transport, ou multimodalité

Il s’agit de combiner divers modes de transport pour effectuer ses déplacements. Par exemple, une personne peut décider d’utiliser l’autobus et la marche lors des saisons plus froides pour se rendre au travail et d’emprunter son vélo durant l’été.

Intégrer la mobilité durable à sa recherche d’appartement

La proximité

La localisation influence directement les divers modes de transport utilisés. En effet, pour emprunter les modes de déplacement durables, il est préférable de choisir un appartement situé près de divers commerces et services et à proximité de réseaux de transport en commun ou actifs qui vous permettront d’accéder aisément à votre lieu de travail ou d’études. Cette accessibilité vous permettra de vous rendre plus facilement sur les divers lieux à visiter tout au long de la semaine. Par exemple, quoi de mieux que de vivre assez près de son lieu de travail ou d’études pour pouvoir s’y rendre à la marche et ensuite faire un arrêt à l’épicerie sur le chemin du retour? Bref, la proximité et la centralité du futur appartement sont des critères principaux à prendre en compte lors de ses recherches. D’ailleurs, si le lieu de résidence est situé en milieu urbain, il y a de fortes chances que l’offre en transport en commun soit plus fréquente et plus facilement accessible.

La convivialité des déplacements actifs

C’est une excellente idée de vérifier l’environnement dans lequel se situe son futur lieu de résidence afin de voir à l’accessibilité des infrastructures pour les piétons et cyclistes. Serait-il agréable et sécuritaire d’y marcher ou d’y faire du vélo? Des trottoirs sont-ils présents? Un environnement sécuritaire et accueillant vous incitera certainement à emprunter les transports durables plus fréquemment! Bien entendu, si le propriétaire de votre logement a prévu un ou plusieurs stationnements pour vélo, c’est un bel avantage pour vous encourager à utiliser votre bicyclette lors de vos déplacements utilitaires. Si ce n’est pas le cas, il est toujours possible d’en demander l’ajout. En plus de vous faire économiser de l’argent du côté des transports, le vélo vous permet de réduire votre empreinte écologique en diminuant votre utilisation de la voiture.

Les stations d’autopartage sont aussi d’excellents incitatifs à la mobilité durable. Une personne utilisant un cocktail transport pour ses divers déplacements pourra ainsi bénéficier de la présence de voitures à louer lorsqu’elle en a besoin, réduisant la nécessité de posséder une voiture (ou un deuxième véhicule). Ainsi, il est bénéfique de vérifier s’il y en a une située près de votre futur logement ou au coeur même du stationnement de l’édifice où vous envisagez déménager. D’ailleurs, gens de Québec,  pourquoi ne pas consulter la liste de projets immobiliers admissibles au Forfait transport vous faisant bénéficier d’un an de transport durable gratuit?

 

 

 

PARTAGER - SHARE
Share